links for 2011-09-20

  • Voici un bon exemple de mise en avant des données recueillies par l'UIT des indicateurs de télécommunications dans le monde. Il apparait que les dix dernières années soient caractérisées par un accès à la technologie principalement en téléphonie mobile dans toutes les régions du monde, pays développés,pays émergents (BRIC) et pays pauvres. Ainsi, en 2002, le taux de pénétration du cellulaire mobile ne dépassait 100% que dans 2 pays. En 2010, cette barre des 100% concerne une centaine de pays avec des taux de pénétration supérieurs à 150% dans 17 pays. A noter qu'en 2010, deux-tiers des habitants des pays pauvres (PMA) étaient desservis par la téléphonie mobile et le taux de pénétration du mobile ne restait inférieur à 5% que dans deux des 49 PMA. Et si le taux de pénétration de l'internet dans le monde atteint les 30% en 2010, il était de 4,6% en 2010, contre 0,1% en 2000 et avait atteint le taux actuel dans les pays développés dès 2001. (Laurence Allard)
  • Le cloud computing a joué un rôle non négligeable dans le développement des terminaux mobiles dissociant consultation et stockage sur un même appareil comme c'était le cas avec le principe de l'ordinateur machine de mémoire et de calcul. Il demeure cependant que l'existence des data center, ces centres de stockage de données qui ne sont pas dans les nuages" mais dans des lieux physiques abritant d'importants serveurs informatiques, soit parfois critiquée en regard de leur facture énergétique. En effet, les data center représentent 1.5% de l’électricité consommée mondialement et leur facture a augmenté de 56% en 5 ans de 2005 à 2010. Pour tenter de faire baisser ces paramètres défavorables au développement durable, la firme Google a imaginé un data center refroidi à l'eau de mer et basé dans une ancienne papeterie en Finlande, pays au climat froid. Du papier à l'informatique dématérialisée, le symbole est également intéressant comme le note cette annonce. (Laurence Allard)
  • Que font les réseaux sociaux au monde du travail, aux organisations ? Quelles sont les frontières entre vie privée et vie professionnelle réaménagées par les technologies de communication contemporaines ? Ces questions doivent faire l'objet d'investigations empiriques pour une connaissance plus approfondie des mutations en cours. Dans ce cadre, il est intéressant d'observer comment certaines entreprises fixent des normes de communication à leurs employés. C'est le cas du Guide des bonnes pratiques de France Télévision, dont les journalistes notamment sont confrontés avec les autres membres de leur profession par exemple aux pratiques de livetweet et des "données" délivrées en temps réel qui ne répondent pas toujours aux modes institutionnalisés de production de l'information. Ainsi, il y est conseillé de dissocier la parole des employés de celle de l'entreprise et d'assurer le cas échéant une continuité entre ce qui est dit à l'antenne et sur les sites on line. (LA)
  • Au moment ou Google lance son portefeuille mobile, décrit dans un lien de l'article – qui rend possible le paiement par le biais des technologies NFC depuis son téléphone portable dans lequel sont aussi mémorisées cartes bancaires, cartes de fidélité et réductions, Mastercard qui participe au service Google Wallet, a proposé une expérimentation plus qu'originale. Basé sur le périphérique Kinect de Microsoft qui permet notamment la reconnaissance du mouvement et couplé à une application baptisée QkR, ce dispositif permet de lire des Qr Code mais possède aussi des fonctions de reconnaissance d'une signature par voie orale. Les deux usages prescrits sont pour l'instant de pouvoir commander et payer les produits vus sur son écran de télévision connecté à ce dispositif ou d'avoir accès au menu d'un livreur sur ce même écran, de commander et ensuite régler la note toujours par l'application imaginée par Mastercard. Le futur du paiement mobile reste donc à développer. (Laurence Allard)
  • Cette infographie dresse un panorama relativement complet des usages des médias et des technologies de communication suivant deux variables. Même si les catégories de génération comme Millenials sont critiquées par leur dimension par trop générique, il peut être éclairant d'entrer dans la connaissance des pratiques par ce critère si il est affiné entre adultes/adolescents au sein des 17-29 ans. L'autre critère retenu est celui de la temporalité des usages. Ce dernier critère est primordial dans un écosystème médiatique contemporain dont l'ampleur est inégalé allant du livre à la tablette, de la radio à l'ipod, de la télévision à l'ordinateur et au mobile. La distribution entre terminaux et réseaux est en grande partie modelée par les rythmes de la vie quotidienne, professionnelle, familiale. Ce qui rend cette infographie fort instructive lorsque l'on compare ces 5 grandes tranches horaires. On observe ainsi le tout numérique des Milleniums et l'hydridation pour les plus âgés. (LA)
Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s